Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

banniere-animee

Rechercher

Résumés-Spoilers-Revoir

TF1 TSR1 UNE
SpoilersB

Revoir.gif

Votez pour le blog

Dernière minute

  2014 : Carmyn Grimes est revenue pour interpréter le sosie de Cassie

 

24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 20:39

Victor rentre à la maison. Nikki l’attend de pied ferme car ils doivent parler de son implication dans la venue à Génoa City de Chelsea et Anita Lawson. Il sait qu’elle est très en colère cependant, il l’assure qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Elle n’arrive pas à croire qu’ils disent cela alors, qu’il a tenté de détruire le couple de leur fille. Victor estime n’avoir rien fait du tout parce que ce n’est pas lui qui a poussée Chelsea a coucher avec Billy. Ils l’ont fait de leur propre chef, ce qui prouve que cet homme n’est pas digne de leur fille. Nikki rétorque que ce n’était pas à lui de juger mais à Victoria de régler ce problème avec son mari. Victor ne croit pas que leur fille soit capable de jugeote quand il s’agit de William Abbott, c’est pourquoi, il a fait venir ces femmes afin que celle-ci réalise que son mari n’est pas digne de confiance. Nikki regrette qu’il lui ait menti et pense qu’elle ne peut pas lui faire confiance. Il dit qu’il a juste essayer de protéger leur fille. Plus tard, Nikki redescend au salon avec ses bagages, prête à quitter le ranch. Victor n’arrive pas à y croire mais elle lui dit que puisqu’il ne changera jamais, elle ne peut pas se résoudre à se remettre avec lui et s’en va. Victor n'arrive pas à y croire.

 

Victor-n-arrive-pas-a-croire-que-Nikki-le-quitte-de-nouveau.jpg

 

Au Gloworm, William raconte à sa femme ce qui s’est passée dans la journée. Chelsea était bien contente de se débarrasser de sa mère. Soudain, ils voient Anita venir prendre leur commande. Le choc passé, ils lui demandent ce qu’elle fait toujours en ville. Anita leur apprend que Gloria a eu pitié d’elle quand elle lui a raconté qu’ils l’avaient mis à la porte. Elle se targue que maintenant, que  Glo lui a offert un job de serveuse, elle peut rester à Génoa City pour être présente quand son premier petit-fils naîtra. Ils lui rappellent que Chelsea ne veut pas la voir. Anita met l’attitude de sa fille sous le coup des hormones. Elle insiste qu’elle n’est pas du genre à laisser tomber ses proches. William lui demande de les laisser. Elle s’en va.

 

Victoria n’apprécie guère qu’Anita soit toujours en ville car elle pourra toujours d’une façon ou d’une autre influencer Chelsea. Elle décide qu’il faut impérativement que Chelsea signe les papiers d’adoption. William a peur de mettre la pression à Chelsea mais Vicki insiste. Ils décident de contacter leur avocat afin d’obtenir un exemplaire du formulaire de modification de l’autorité parentale et d’aller le faire signer à Chelsea avant que cette dernière ne change d’avis. (Si je ne me trompe pas, la mère biologique a un laps de temps déterminé après l’accouchement pour confirmer ou infirmer ce droit de garde. Chelsea peut donc tout à fait changer d’avis si le désir d’élever son fils lui vient).

 

Dans sa voiture, Sharon entend un avertissement météorologique à la radio.

 

Pendant ce temps, à la ferme, Adam apprend qu’un pont s’est effondré. Le courant se coupe puis il entendu bruit venant de l’extérieur,  sent une odeur de fumée et entend les cheveux hennir de terreur. Il sort, va jusqu’à la grande et appel à l’aide mais personne ne peut l’aider. Même le 911 ne peut pas lui envoyer quelqu’un car tous les secouristes sont occupés à gérer le carambolage provoqué par l’effondrement du pont. Adam prend son courage à deux mains et cherche le tuyau d’arrosage. Il n’arrive pas à le mettre en marche. Il panique, prie pour que sa mère lui vienne en aide puis se reprend de nouveau et y arrive. Il rentre dans la grande pour éteindre le feu en espérant que le débit sera assez fort pour y arriver. Quelques instants plus tard, Sharon arrive. Elle avait fait demi-tour après avoir écouté les recommandations d’usage à la radio. Il lui explique qu’il a tenté d’éteindre le feu qui s’est mis en route à cause d’un court circuit dans la grange mais ne sait pas s’il y est parvenu. Elle lui apprend qu’il a réussi. Sharon est admirative qu’il est pu avoir ce geste de bravoure pour sauver les chevaux : « tu es étonnant ! »

 

Au palais de justice, Michael tombe une nouvelle fois sur la messagerie de Phyllis. Il lui laisse un message où il lui demande de le rappeler le plus vite possible. Lauren incite son mari a appeler Daniel. Il le fait. Dès qu’il a Daniel en ligne, il lui annonce que Daisy Carter est libre.

Dans la salle d’audience, Daisy dit à son avocate qu’elle veut voir sa fille. Avery lui conseille de patienter car elles doivent faire preuve d’intelligence dans cette affaire puisque Phyllis a toujours la garde temporaire de Lucy. Daisy rappelle que c’est grâce à elle que Fifi a des droits sur son enfant. Avery lui explique qu’elle va déposée une demande de garde auprès du tribunal et elles devront attendre que la date de l’audience soit arrêtée.

Daisy : " en attendant, je n’aurai même pas de droit de visite ? "

Avery : " si mais pour le moment, vous ne pouvez pas vous pointer devant sa porte "

Daisy : " je suis sur qu’elle m’attend de pied ferme "

Avery ne croit pas que sa sœur sache ce qui vient de passer sinon, elle aurait été là pour se battre bec et ongle contre elles. Lauren et Michael s’approchent d’eux. Dès qu’ils les entendent parler de Lucy, Lauren jure qu’elle ne laissera pas ce monstre de Daisy faire ce qu’il lui plait.

En effet, Phyllis est toujours dans le centre de soins palliatifs à Darien, en face de son père : " j’ai entendu dire que tu étais malade "

George : " tu as entendu dire que j’étais mourant "

Phyllis : " oui "

George : " et tu as voulu le voir de tes propres yeux, n’est ce pas ? "

Phyllis : " ce fut une erreur " Elle sort dans la chambre, trop ébranlée. Après quelques minutes, elle rentre de nouveau dans la chambre pour obtenir des explications de son père.

George nie catégoriquement avoir escroqué tous ces pauvres gens. Fifi se souvient bien de ces coups de fil qu’il passait à la banque pour demander des virements bancaires sur son compte. George rétorque qu’elle avait mal compris. Elle n’était qu’une gamine qui ne pouvait rien comprendre au monde de la Finance. Fifi n’y croit pas un mot, c’est pourquoi, elle a appelé la Police pour le dénoncer. George lui reproche d’avoir fait ça : " tu aurais dû venir m’en parler "

Phyllis lui rappelle qu’elle est venue le voir mais il lui a menti comme à chaque fois.

George : " tu as voulu croire que j’étais coupable "

Phyllis : " c’est faux ! "

George l’accuse d’avoir voulu la punir. Un caprice d’adolescente quoi ! Elle n’arrive pas à croire qu’il puisse dire cela. Comment peut-il croire qu’elle tenait à ce que tout le monde sache qu’il n’était qu’un escroc ou que sa sœur et sa mère le détestent ? Elle insiste qu’elle a énormément souffert de cette situation. George l’accuse de jouer à la victime : " après tout ce temps, tu en es toujours là "

Phyllis : " je ne suis pas une victime. Oh oui ! J’ai cessé de l’être à la minute où j’ai quitté ta maison "

Pendant ce temps, Daniel entre dans l’appartement de sa mère, il appelle Kim la nounou, personne ne répond. A la place, il voit descendre Daisy tenant leur fille dans ses bras. Il en reste bouche-bée !


Dans la salle d’audience du tribunal, Avery répond aux questions d’un journaliste qui veut savoir si Mlle Carter va donner une conférence de presse. NON Avery précise que sa cliente tient à préserver son intimité. Dès qu’elle a terminée, Lauren lui reproche d’avoir aidé Daisy. C’est le même refrain : Lauren s’époumone à dire à Avery que Daisy est un monstre ; Avery ne l’a croit pas et pense que Lauren veut juste punir Daisy à cause de tout le mal que Sheila lui a fait. Michael quant à lui reproche à Avery de s’être saisi du dossier juste pour se venger de sa grande-sœur. Evidemment, Avery jure les grands dieux que ce dossier n’a rien avoir avec sa sœur. Elle tient juste à ce que Daisy obtienne la chance de se réinsérer dans la vie : " de toute façon, où est ma sœur ? Pourquoi vous n’avez pas été en mesure de la joindre ? "

Michael : " parce qu’elle est allé voir votre père dans le Connecticut "


Dans le hall du tribunal, Lauren termine tous ses appels téléphoniques. Elle a pris toutes les dispositions nécessaires afin que Fenmore soit en sécurité. Son mari lui conseille de ne pas paniquer parce qu’il ne pense pas que Daisy s’en prendrait à leur fils. Vaut mieux prévenir que guérir préfère Lauren.

Le portable de Michael sonne, c’est Victoria qui l’appelle afin de lui parler des papiers de la garde d’enfants. Après avoir raccroché, il lui propose d’aller chercher Fenmore puis d’aller au Gloworm. Lauren refuse d’y aller avec lui. Elle le rejoindra tout à l’heure.

Michael : " où vas-tu ? " Son portable sonne, Lauren lui demande de prendre son appel et s’en va. Michael repose sa question mais elle est déjà loin.


Quelques instants plus tard, Michael apporte les documents tant attendus aux Abbott Jr. William le remercie. Il tient énormément à faire tout dans les règles de la Loi, contrairement à la fois dernière avec Lucy Carter Romalotti.


A l’appartement de Phyllis, Kim est revenue. Elle explique à Daniel qu’elle a fait rentrer Daisy parce que celle-ci lui a dit qu’elle faisait partie de la famille. Daniel lui ordonne de ne plus faire entrer Daisy dans l’appartement. Kim présente ses excuses puis s’en va. Daniel demande à Daisy de s’en aller également. Elle rétorque qu’elle a le droit d’être là : " demandez à mon avocate, votre tante " Il réplique qu’il se fiche de ce que son avocate dit et lui promet qu’il Daisy lui demande pourquoi il l’a déteste tant. Daniel n’arrive pas à croire qu’elle lui pose cette question. Daisy jure que toutes les mauvaises choses qu’elle a faites, c’était à cause de sa tante Sarah. C’est cette dernière qui l’a menacé de faire ces horribles choses. Daniel n’y croit pas un mot parce que Sarah était déjà morte quand elle l’a drogué puis violer pour tomber enceinte de lui. Daisy explique que ceux sont les conséquences de son ancienne vie. Bref, elle a beau insister qu’elle est devenue une bonne personne, Daniel refuse de la laisser s’approcher de leur fille. Daisy prévient qu’elle ne lâchera pas l’affaire car Lucy est pour elle, la seule personne qui puisse l’aimer sans condition.

Daniel : " tu crois que Lucy t’aime ? "

Daisy : " je l’ai mis au monde "

Daniel : " Sheila t’a mis au monde "

Daisy : " je l’ai portée en moi durant 9 mois. Je lui ai parlé. J’ai chanté pour elle et je lui ai dit de nombreuses fois qu’elle comptait énormément pour moi "

Il tente de lui faire comprendre que ce n’est pas parce qu’elle a donnée naissance à Lucy qu’elle a un lien particulier avec elle : " …elle ne te reconnaît pas " Elle déclare que ça ne serait pas arrivé si Phyllis ne l’avait pas trompé en lui " piquant " la garde de sa fille. Daniel lui rappelle que si elle a confiée la garde de Lucy à sa mère c’est parce qu’elle avait des problèmes avec la justice et que de toute façon, Lucy n’est ni plus ou moins qu’une " arme " qu’elle utilise pour faire du mal aux autres. Au tour de Daisy de lui rappeler qu’au début, il n’a pas approuvé le choix de sa mère quant celle-ci a retiré Lucy des mains des Abbott. Certes, mais aujourd’hui, il est convaincu que sa mère est la meilleure chose qui soit arrivé à sa fille. Au bout d’un moment il lui demande de s’en aller. Daisy accepte de partir, non, sans promettre qu’elle reviendra et dit au revoir à son bébé.

Après son départ, Daniel dit à Lucy que tout ira bien.


A Darien, Avery arrive au centre de soins palliatifs. Elle veut ouvrir la porte de son père et entend sa voix et celle de sa sœur. Elle reste derrière la porte à écouter leur conversation.

Dans la chambre, Phyllis insiste auprès de son père pour qu’il admette qu’il avait bien escroqué ces pauvres gens. George refuse d’avouer quoique ce soit et lui ordonne de partir mais elle tient bon et enfin, après tant d’années de déni, George Summers avoue à sa fille aînée qu’il a effectivement volé les personnes qui lui avaient confiés leur portefeuille d’actions. Avery est meurtrie car elle se rend compte qu’elle en a voulu à sa grande sœur pour rien.

Chelsea-Lawson-renonce-a-ses-droits-parentaux-sur-son-fils.jpg

William et Victoria rentrent à la maison. Chelsea est là. Ils l’invitent à s’asseoir pour lui présenter les papiers qu’elle doit signer prouvant qu’elle abandonne ses droits parentaux au profit du couple. Toutefois, ils précisent qu’ils l’aideront financièrement à ce qu’elle puisse ne plus à s’inquiéter de l’avenir. Bien entendu, ce n’est pas une récompense (mon œil) mais la façon de la remercier de leur faire confiance et aussi. William ajoute qu’il tient à dire à son fils que sa maman va bien. Chelsea accepte de signer à condition qu’ils acceptent qu’elle puisse faire partie de la vie de son enfant (un droit de visite ?). Ils acceptent. Elle signe le document. Villy sont soulagés.

 

Michael appelle sa femme pour lui dire que Fen et lui l’attendent au Gloworm mais il tombe sur sa messagerie alors, il lui laisse un message sur son répondeur.

 

Pendant ce temps, Lauren est dans un stand de tir où elle apprend à tirer sur sa cible. Elle termine, ramène la cible en papier vers elle, on constate qu’elle y a mise une photo de Daisy et qu’elle a réussi à atteindre " Daisy " au milieu du front.

Partager cet article

commentaires

nina 12/04/2012 23:21


je crois bien que victor est tel qu il est et que nul ni personne ne pourra le changer....